Cavisynth : le monde du modulaire, rendu accessible

La musique électronique sans ordinateur

Stéphane fait de la musique électronique depuis plus de 30 ans. Comme beaucoup, il a fait ses débuts sur un logiciel de composition sur son ordinateur. Après des années de pratique sur divers instruments, il se rend compte que sa créativité est décuplée quand il sort l’ordinateur de l’équation et compose uniquement avec des instruments physiques. Il découvre notamment le monde des synthétiseurs modulaires et se forme un processus créatif “bien à lui”, reléguant le rôle de l’ordinateur à un simple enregistreur multipiste. On peut suivre cette évolution musicale au travers de son projet Boodaman.
 

Des instruments simples, originaux et pas chers

En se forgeant sa propre identité musicale, Stéphane finit par se rendre compte que certaines de ses idées nécessitent la création de nouveaux instruments. La plateforme modulaire eurorack, à laquelle il s’est déjà familiarisé, se prête parfaitement à ce genre de projets : il commence à imaginer des nouveaux modules. Le premier qui verra le jour est l’Ardurack, un "couteau-suisse" utilitaire qui puise toutes ses fonctions dans l'onde carrée de base. Tous les projets qui suivront seront pensées selon un même leitmotiv : des instruments simples, originaux et pas chers. Pour Stéphane, c'est aussi le début d'un apprentissage autodidacte de l'électronique. Les connaissances qu'il acquiert lui offrent des nouvelles perspectives sur le fonctionnement des synthétiseurs et, bientôt, il commence à alimenter sa chaîne Youtube avec des vidéos de vulgarisation des concepts fondamentaux de la synthèse modulaire.

Rencontres musicales en Suisse Romande

L’envie de partage de Stéphane ne s’arrête pas à Youtube. En 2016, il co-fonde l’association ADSR GENEVA avec ses amis Jérôme Grandchamp et Olivier Kolly. Ensemble, ils ont envie d’organiser des rencontres entre passioné·es de synthèse. Au menu : pique-niques modulaires et modular nights, des événements qui permettent à la fois aux férus de l’instrument de se rencontrer et partager des connaissances, ainsi qu’aux passant·es de découvrir un monde sonore très riche au moyen de démonstrations accessibles. On peut suivre l’actualité de ces événements via le site web de l’association.

À l’issue de notre discussion, on se rend compte que ces divers projets (vulgarisation, rencontres sociales et design d’instruments accessibles) puisent tous leur source dans une profonde envie de partage qu’on remarque chez Stéphane. Malgré qu’il leur a donné des identités différentes, ils se rejoignent sous le signe d’une grande passion pour la musique électronique.